Gira ijambo

LA RÉGION VEUT UNE SOLUTION POLITIQUE RAPIDE À LA CRISE DU « 3EME MANDAT DE PIERRE NKURUNZIZA » AU BURUNDI

Benjamin William small

La nomination de Benjamin William MKAPA comme Co-Médiateur dans les négociations inter burundaises est pour moi un signe indéniable que la Région veut une solution politique rapide à la crise du "3ème mandat de Pierre NKURUNZIZA" au Burundi!

Je place d’abord cette nomination dans son contexte. Elle est intervenue lors d’un sommet des Chefs d’État de la Communauté de l’Afrique de l’Est où tous les Chefs d’État, sauf celui du Burundi, étaient présents. Il s’était fait représenter par son 2ème vice-président. Cette absence de Pierre Nkurunziza posait un énorme problème au moment où, normalement, il devait accéder à la présidence de la Communauté, pour succéder au Chef d’État de la Tanzanie. Ce dernier vient d’être reconduit pour une année. En fait, l’absence de Pierre Nkurunziza a arrangé les Chefs d’État. Ils auraient été beaucoup gênés de nommer à la tête de leur communauté un Chef d’État embourbé dans une crise qu’il a lui-même provoquée et dont des effets pèsent de plus en plus sur la paix et la sécurité dans la Région. Comment un homme à l’origine d’une crise aurait-il pu présider les initiatives de recherche d’une solution à cette crise ?  

L’autre aspect de cet environnement concerne la désignation du nouveau Secrétaire Général de la Communauté. Un burundais, Libérat Mfumukeko vient d’être nommé. Bien avant, on avait  parlé de tractations engagées par l’Ambassadeur Alain Aimé Nyamwitwe, Ministre des relations extérieures et de la coopération internationale de Pierre Nkurunziza, pour accéder à ce poste. Sur sa propre initiative ou encouragé par Pierre Nkurunziza ? Il est très difficile d’imaginer que le ministre s’y était aventuré sans l’aval de son chef. Dans tous les cas, la nomination de Libérat Mfumukeko que le Chef de l’État tanzanien a appelé publiquement à travailler au nom de la Communauté et non d’une pression quelconque, dont celle, peux-je dire, de son Gouvernement, en dit long.

Enfin, la nomination de Benjamin William Mkapa intervient après une série de missions diplomatiques de grande importance au Burundi et dans la Région : les visites de l’envoyé spécial du Président des États-Unis d’Amérique dans la Région des Grands Lacs, du Secrétaire Général des Nations Unies et des membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies, de la Délégation du plus haut niveau des Chefs d’État des pays membres de l’Union Africaine. Malgré les couacs constatés lors de la visite des Chefs d’État de l’Afrique du Sud, du Gabon, de la Mauritanie et du Sénégal et du Premier ministre éthiopien, toutes ces visites se concluaient en appelant les protagonistes burundais de la crise actuelle à s’asseoir autour d’une table de négociations inclusives/dialogue inclusif pour trouver une solution politique à la crise burundaise.

La nomination de William Benjamin Mkapa va, à mon avis, faire avancer ces négociations. Pour les raisons suivantes :

        a. Premièrement :

Cette nomination s’est faite en présence de tous les Chefs d’État, y compris le Président de la République du Rwanda, Paul Kagame. Sous cet aspect, on peut penser que la dernière visite au Rwanda du ministre des affaires étrangères de la Tanzanie avait entre autres pour objectif de préparer ce Sommet. Si donc il y a entente entre le Rwanda et la Tanzanie sur l’urgence de trouver une solution à la crise burundaise, il n’y a aucun doute que la suite ne pourra qu’être positive pour la paix et la sécurité au Burundi et dans la Région.

 b. Deuxièmement :

Cette nomination ne remet pas en cause la médiation du Président de l’Ouganda, Yoweri Kaguta Museveni avec lequel il se connait suffisamment. Benjamin William Mkapa travaillera sous l’autorité du Chef de l’État ougandais.  Mais avec Benjamin William Mkapa, il est garanti que la Médiation sera présente de manière permanente, avec suffisamment d’autorité due aux fonctions occupées (ancien Chef d’État) et dont l’âge (78 ans) exige respect de la part de toutes les parties burundaises. Mais il faut garder à l’esprit que le succès de Mkapa sera celui de Museveni et de l’ensemble de la Communauté de l’Afrique de l’Est.

 c. Troisièmement :

Benjamin William Mkapa est également garanti du soutien du Chef d’État de la Tanzanie dont il serait un des proches. Comme le Président John Magufuli Pombe est également Président en exercice de la Communauté de l’Afrique de l’Est, il est évident que ... 

boutton cliquer ici pour télécharger l'intégralité de l'analyse de Sylvestre Ntibantunganya

Qui est Ntiba module2

negocier pr la paix website

Ntiba & les aspirations du peuple burundais

Programme politique

Programme politique

« Je suis profondément convaincu que le Burundi doit être...

Moderniser le secteur agro-pastoral

Moderniser le secteur agro-pastoral

Il faut absolument moderniser l’agriculture et l’élevage, afin de garantir...

Education & jeunesse

Education & jeunesse

*Crédit photo: Association Action for Peace and Development La jeunesse,...

Repenser l'économie burundaise

Repenser l'économie burundaise

IL FAUT FAIRE DU BURUNDI UN PAYS ÉCONOMIQUEMENT PROSPÈRE AVEC...

Faire efficacement face aux défis et aux menaces sécuritaires

Faire efficacement face aux défis et aux menaces sécuritaires

La paix et la sécurité du Burundi et des Barundi,...

Réformer l'Etat du Burundi

Réformer l'Etat du Burundi

La consolidation de la démocratie au Burundi doit également se...

Justice & réconciliation nationale

Justice & réconciliation nationale

Il faut faire du Burundi un pays réconcilié, avec une...

Culture & sports

Culture & sports

Dans notre vision d’édifier un Burundi PROSPÈRE, SOLIDAIRE, FIER DE...

« »