Les violences continuent au Burundi : la communauté internationale doit adopter une action concertée d’urgence

burundi violences small

Face à la persistance et à l’ampleur des actes de violence commis au Burundi, et touchant principalement les civils, la FIDH, la Ligue ITEKA, et la LDGL exhortent la communauté internationale à prendre des actes fermes permettant de garantir la protection des populations. La gravité de la situation appelle une action concertée d’urgence consistant à impulser la reprise du dialogue politique, à enquêter sur les crimes commis ces dernières semaines en s’assurant que leurs auteurs soient poursuivis et jugés, et à activer les mécanismes de sanctions ciblées.

De nouveaux actes de violence ont éclaté au nord de la capitale Bujumbura, le 3 octobre dernier. Dans les quartiers de Mutakura, Cibitoke, et Ngagara – réputés pour avoir été au cœur de la contestation du 3ème mandat du Président Pierre Nkurunziza – au moins huit civils ont trouvé la mort, deux maisons ont été incendiées et une autre a explosé des suites de tirs d’obus.

Des sources concordantes ont affirmé que les forces de police ont fait preuve, dans ces quartiers, d’une grande brutalité et d’un recours excessif et disproportionné de la force, voire qu’elles auraient commis des exécutions sommaires et extra-judiciaires. Samedi 3 octobre, vers 11h, des éléments de la brigade anti-émeutes de la Police Nationale du Burundi (PNB) se sont massivement déployés à Cibitoke et Mutakura pour, selon le communiqué du Ministère de la Sécurité Publique, traiter d’une affaire d’enlèvement.

D’après plusieurs sources, les policiers ont forcé des habitants de ces quartiers à sortir de leurs maisons et ont contraint certains d’entre eux à s’agenouiller sur la voie publique avant de les exécuter sommairement. Un des habitants de Cibitoke s’est fait exploser en dégoupillant deux grenades, une explosion qui aurait entraîné la mort de policiers. Dans ce même quartier, deux maisons ont été incendiées par les forces de police. À Ngagara, une maison a explosé des suites de tirs d’obus et plusieurs grenades ont été lancées.

D’après les informations recueillies par nos organisations, cinq cadavres ont été découverts le dimanche 4 octobre sur la 10ème avenue à Cibitoke, dont celui d’une personne handicapée ; un cadavre sur la 8ème avenue à Cibitoke et deux cadavres sur la 13ème avenue à Mutakura. Nos organisations n’ont pas pu recueillir d’informations quant au bilan humain des violences survenues à Ngagara. Les autorités ont déclaré avoir ouvert une enquête. 

boutton cliquer ici pour lire la suite de l'article

Ntiba & les aspirations du peuple burundais

Programme politique

Programme politique

« Je suis profondément convaincu que le Burundi doit être...

Moderniser le secteur agro-pastoral

Moderniser le secteur agro-pastoral

Il faut absolument moderniser l’agriculture et l’élevage, afin de garantir...

Education & jeunesse

Education & jeunesse

*Crédit photo: Association Action for Peace and Development La jeunesse,...

Repenser l'économie burundaise

Repenser l'économie burundaise

IL FAUT FAIRE DU BURUNDI UN PAYS ÉCONOMIQUEMENT PROSPÈRE AVEC...

Faire efficacement face aux défis et aux menaces sécuritaires

Faire efficacement face aux défis et aux menaces sécuritaires

La paix et la sécurité du Burundi et des Barundi,...

Réformer l'Etat du Burundi

Réformer l'Etat du Burundi

La consolidation de la démocratie au Burundi doit également se...

Justice & réconciliation nationale

Justice & réconciliation nationale

Il faut faire du Burundi un pays réconcilié, avec une...

Culture & sports

Culture & sports

Dans notre vision d’édifier un Burundi PROSPÈRE, SOLIDAIRE, FIER DE...

« »