Burundi: l'ombre d'un génocide? Le point de vue de deux spécialistes

fdn manifs small

La communauté internationale ne cache plus son inquiétude quant à la situation au Burundi. Les violences sont quotidiennes. Et les Burundais continuent à fuir. Plus de 200 personnes ont été tuées depuis mai dernier; 200 000 personnes ont quitté le pays. Le Burundi, au bord de la guerre civile ? Voici les réponses de deux spécialistes : Bob Kabamba, professeur de politique africaine à l'ULG, et Emmanuel Klimis, chercheur à l'Université Saint-Louis de Bruxelles. Pour l'instant, pas une guerre civile.

 

Selon Bob Kabamba, pour l'instant, on ne peut pas vraiment parler de guerre civile. "Quand on parle de guerre civile, il faut qu'il y ait un mouvement structuré, qui puisse avoir une existence et faire des revendications. Jusqu'ici, ce n'est pas le cas. Mais la situation fait tout de même penser à ce qu'a traversé le Burundi par le passé." Même constat pour Emmanuel Klimis : "Quand on parle de guerre civile, on peut généralement clairement identifier un leader et une chaîne de commandement dans l'opposition". Or, pour l'instant, cette opposition, elle est très éclatée.

Emmanuel Klimis détaille : "Il y a l'opposition politique, constituée de la plupart des partis d'opposition qui se sont retrouvés en dehors du Parlement (A l'exception d'Agathon Rwasa qui fait aujourd'hui parti de l'opposition parlementaire). A côté de cela, vous avez une opposition plus difficile à déterminer. Elle est faite d'anciens cadres du parti et de militaires qui ont pris le maquis, en dehors du pays ou cachés à l'intérieur du pays. Les différentes violences à l'encontre des civils sont attribuées par le gouvernement à cette armée. Enfin, il y a la protestation de ceux qui ont quitté le pays".

Quoi qu'il en soit, une situation de plus en plus tendue

Guerre civile ou non, la situation est de plus en plus tendue, elle est très inquiétante. Bob Kabamba explique : "C'est très inquiétant d'autant plus que l'on n'arrive pas très bien à identifier qui fait quoi, qui assassine qui. Il est un fait qu'il y a d'une part une politique répressive de la part du pouvoir de Nkurunziza, non seulement vis-à-vis des opposants, mais aussi vis-à-vis des militants des droits de l’homme et des journalistes. Tout ce qui est perçu comme non partisan à l'égard du régime est une cible potentielle pour les forces de sécurité de Nkurunziza. Par ailleurs, il y a des groupes d’autodéfense qui s'organisent pour résister. Et ces groupes de résistance n’hésitent pas par exemple à s'attaquer à des policiers qui viennent perpétrer des massacres dans leurs quartiers".

Certains opposants sont armés. Mais armés mais par qui ?

La police mène en ce moment, dans les quartiers contestataires, des opérations de désarmement. Le gouvernement a annoncé cette semaine avoir récupéré 95 % des armes détenues par des civils. Emmanuel Klimis nuance : "En fait, il n'y a pas beaucoup de contrôle sur ce chiffre. Il n'y a jamais eu de recensement clair sur les armes depuis les Accords d'Arusha. Et puis, vous savez, en Afrique centrale, avec le conflit en République Démocratique du Congo, c'est une zone où les armes circulent très facilement, une zone où les frontières sont difficiles à contrôler. Ceci dit, ces armes viennent probablement du précédent conflit. Mais il se dit aussi que de nombreux militaires auraient quitté leurs postes avec des armes. Le gouvernement le dément, mais c'est tout à fait plausible". Et Emmanuel Klimis d'ajouter qu'il ne s'agirait pas seulement d'armes légères mais de matériel plus lourd. 

boutton cliquer ici pour l'intégralité de l'analyse

 

Ntiba & les aspirations du peuple burundais

Programme politique

Programme politique

« Je suis profondément convaincu que le Burundi doit être...

Moderniser le secteur agro-pastoral

Moderniser le secteur agro-pastoral

Il faut absolument moderniser l’agriculture et l’élevage, afin de garantir...

Education & jeunesse

Education & jeunesse

*Crédit photo: Association Action for Peace and Development La jeunesse,...

Repenser l'économie burundaise

Repenser l'économie burundaise

IL FAUT FAIRE DU BURUNDI UN PAYS ÉCONOMIQUEMENT PROSPÈRE AVEC...

Faire efficacement face aux défis et aux menaces sécuritaires

Faire efficacement face aux défis et aux menaces sécuritaires

La paix et la sécurité du Burundi et des Barundi,...

Réformer l'Etat du Burundi

Réformer l'Etat du Burundi

La consolidation de la démocratie au Burundi doit également se...

Justice & réconciliation nationale

Justice & réconciliation nationale

Il faut faire du Burundi un pays réconcilié, avec une...

Culture & sports

Culture & sports

Dans notre vision d’édifier un Burundi PROSPÈRE, SOLIDAIRE, FIER DE...

« »